Je n’avais pas encore essayé d’adapter des plats traditionnels français à la sauce végane. C’est désormais chose faite avec mon premier essai de Bourguignon 100% végétal, dont je vous livre ici la recette.

Le bœuf Bourguignon était l’une de mes spécialités en d’autres temps; j’ai donc conservé la recette que j’avais l’habitude de faire, et substitué la viande de bœuf par des PST (protéines de soja texturées), et les lardons par du tofu fumé. And that’s all!

 

Ingrédients (pour 6 personnes):

  • 200g de PST (il existe différentes tailles : préférez les gros morceaux)
  • 100g de tofu fumé
  • 1 bouteille de vin rouge (comme toute recette, la qualité des ingrédients fait la qualité du plat au final…donc meilleure sera la bouteille…)
  • 2 carottes
  • 250g de champignons de Paris (ou plus si comme moi vous êtes un dingue de champignons)
  • 1 oignon
  • 1 échalote
  • 2 gousses d’ail
  • Un bouquet garni (au minima thym et feuilles de laurier)
  • Quelques baies de genièvre
  • 1 ou 2 clous de girofle
  • Sel et poivre

 

La marche à suivre :

La veille : préparation de la marinade :

  • Émincer les légumes
  • Garder l’échalote, un ail, et quelques champignons de Paris pour le lendemain
  • Faire mariner tous les autres d’ingrédients dans un grand récipient (que l’on peut recouvrir d’un film alimentaire)

 

Le lendemain : cuisson :

  • Faire revenir quelques minutes dans une sauteuse et dans un peu d’huile d’olive : l’échalote, l’ail, et les champignons de Paris non marinés
  • Ajouter tout le contenu de la marinade, couvrir et faire cuire à feux très doux.
    • Quelques réflexions hautement philosophiques concernant le temps de cuisson : perso mon approche, c’est de laisser cuire aussi longtemps que possible, jusqu’à ce que le liquide réduise suffisamment pour l’obtention d’une sauce onctueuse. L’idée est donc de s’y prendre suffisamment à l’avance (par exemple commencer le matin pour le soir),  et de vérifier (et goûter 😉 ) régulièrement pour voir où ça en est. Ça n’est pas vraiment une question de cuisson en soi (car les légumes et les PST seront cuits relativement rapidement), mais plutôt de « mijotage » : plus on fait mijoter longtemps, plus le vin aura imprégné les ingrédients, perdu son acidité, et se sera transformé en une sauce onctueuse. Le top, c’est d’obtenir cette sauce onctueuse plusieurs heures avant de passer à table : ceci permettra de laisser refroidir, puis de réchauffer juste avant de servir. Comme vous le savez peut-être, c’est la botte secrète pour un plat en sauce qui déchire! Bon une autre option bien sûr c’est de faire cuire la veille, et de laisser refroidir pendant la nuit ;-). Au cas où le temps vous manque ou que la sauce reste trop liquide, vous pouvez rajouter un peu de maïzena (1 ou 2 cs selon la consistance de la sauce), ça devrait suffire pour un épaississement bien comme il faut.
  • Pour l’accompagnement, tagliatelles ou purée de pomme de terre sont tout-à-fait appropriées. Mais le riz, le quinoa, les gratins de pomme de terre ou autres options au goût assez neutre et qui se lient bien avec une sauce sont tout à fait envisageables.
  • Pour ce qui est du vin, on a tendance à dire qu’il faut privilégier le même vin que celui qui a été utilisé dans la recette. C’est en effet préférable, mais pas obligatoire. Concernant le type de vin (plutôt léger? fruité? boisé?), je pense que tous les bons vins rouges sont susceptibles de faire un bon Bourguignon. Bon cela étant dit, si on veut rester un tant soit peu « régional », un Bourguignon même végan appelle à priori un vin de Bourgogne…

Voilà, bon appétit, et n’hésitez pas à me faire part de vos réactions!

Spread the love