Entrer dans le monde des laits végétaux, c’est entrer dans un monde vaste et passionnant: il y en a pour tous les goûts, tous les budgets, et on peut facilement les faire soi-même…Alors, si vous avez toujours rêvé de faire votre propre lait végétal sans oser franchir le pas, ce post est fait pour vous!

 

Un de mes arguments favoris envers ceux qui objectent que l’alimentation végétale est une alimentation austère et restrictive, est de citer l’exemple du lait.

En effet, passer du lait animal au lait végétal, c’est passer d’un univers mono-produit (parce qu’à part le lait de vache, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent…allez peut-être le lait de chèvre et le lait de brebis, mais encore faut-il en trouver…), à un monde foisonnant où il est largement possible de boire un lait différent chaque jour pendant un mois…Non, je n’exagère pas! Quand on a passé toute sa vie (comme moi jusqu’à 35 ans…) à boire le même produit au petit-déjeuner, avouez que l’argument pour convaincre les réfractaires est assez imparable….

En effet, une bonne partie des céréales et des oléagineux – et même certaines légumineuses – peuvent être utilisés pour faire du lait végétal : riz, avoine, épeautre, millet, teff, sarrasin, souchet, amande, noisette, cajou, coco, châtaigne, quinoa, soja…ce qui fait déjà pas mal de possibilités…Mais ce n’est pas tout, car ces ingrédients peuvent aussi être mélangés entre eux (par exemple, riz+châtaigne ou noisette+avoine), aromatisés (vanille, chocolat, cannelle, cardamone, caroube…), ou encore rendus plus ou moins « corsés » (en variant par exemple sur le type et la quantité d’amande utilisée, on peut ainsi obtenir un lait au goût léger ou intense)…Il ne vous reste ensuite qu’à en tester le plus possible pour voir ceux qui correspondent le plus à vos goûts personnels, ou au profil nutritionnel que vous recherchez en priorité…

Et cerise sur le gâteau, on peut facilement le faire soi-même à la maison…Ce qui vous en conviendrez, est un peu plus compliqué avec le lait de vache, surtout en appartement…. 😉

vache-rigolote

C’est ce que je vais d’ailleurs vous démontrez, en prenant comme exemple un des laits végétaux les plus connus et consensuels, le lait d’amande.

Vous allez pouvoir le constater, c’est simplissime, et nul besoin de matériel perfectionné. Le minimum vital  c’est un mixeur plongeant, ce qu’à peu près tout le monde a chez soi, au même titre qu’un frigo ou qu’une casserole…Enfin, j’espère!

Bon personnellement, j’ai fait l’acquisition d’un ustensile que je trouve très pratique, le Chufamix. Il s’achète neuf à moins de 50€, donc je vous le recommande, cela permet de rendre les choses encore plus simples et plus rapides. Sinon, une étamine peut faire l’affaire également. Pour ceux qui ne veulent vraiment pas mettre la main à la pâte, il existe aussi des machines qui s’occupent de tout, comme le Soyabella, un peu l’équivalent d’une machine à pain pour lait végétal. Vous mettez les ingrédients, vous attendez, et c’est prêt. C’est un choix, mais sachez cependant que ça n’est évidemment pas le même budget, et qu’il paraîtrait aussi que le nettoyage est fastidieux.

Appareil à lait végétal

Le Chufamix « assemblé »

Les différentes pièces du Chufamix

Les différentes pièces du Chufamix : le récipient en plastique transparent, la partie filtre, le pilon

 

Voici donc la recette utilisée pour 1 litre de lait d’amande :

Les ingrédients :

  • 100 g d’amandes, non grillées, non salées, émondées (blanchies) ou non.
    • Si les amandes ne sont pas émondées, c’est-à-dire qu’elles ont gardé leur peau marron (ce qui est le cas pour cette recette), cela rendra le lait un peu plus amer. Si vous recherchez un lait d’amande peu intense, préférez donc des amandes émondées, et/ou réduisez la quantité d’amandes utilisée (de moitié par exemple).
    • Avec d’autres ingrédients, j’ai tendance à utiliser la même quantité. Par exemple, 100 g d’avoine. Si vous faites un mélange, veillez à respecter également cette quantité totale; par exemple 50 g de noisette et 50 g d’épeautre.
  • 1 cs de sirop d’agave
    • Vous pouvez utiliser d’autres sucres non « blanchis », comme le rapadura ou le sucre de coco. A savoir, cela influera sur la couleur finale du lait!
  • 1 mini pincée de sel
  • Quelques gouttes d’extrait de vanille de Madagascar
  • 1 cc de gomme de xanthane

 

La marche à suivre:

  1. La veille (ou au minimum quelques heures avant), faire tremper les amandes dans de l’eau.
    • La phase de trempage est conseillée pour à peu prêt tout type de céréales et d’oléagineux (sauf en flocons). En effet, cette phase permet grâce à la réhydratation d’attendrir la graine, d’activer une pré-germination très intéressante d’un point de vue nutritionnel, ainsi que de débarrasser la graine de certaines substances toxiques.
  2. Le lendemain, égoutter les amandes et les rincer abondamment.
  3. Verser les amandes dans la partie filtre du Chufamix.
  4. Verser 1,2l d’eau chaude (mais pas bouillante; 60°c c’est pas mal) dans le récipient en plastique transparent du Chufamix.
  5. Introduire le filtre dans le récipient plastique et mixer le tout pendant environ 1 minute à l’aide d’un mixer plongeant.
  6. Retirer doucement le filtre en égouttant au maximum. Le pilon permet d’extraire le maximum de jus; sinon avec une cuillère en bois ça marche bien aussi.

Si vous n’avez pas de Chufamix : versez les amandes et l’eau chaude dans un récipient unique (étape 3 et 4 ci-dessus), mixez avec un mixer plongeant, et à l’étape 6, versez le mélange obtenu dans une étamine que vous presserez fort pour en extraire le jus.

Le mixage à l’aide du mixer plongeant

Et le filtrage avec le pilon pour extraire le maximum de jus!

 

 

Et ça y est, le lait obtenu peut être consommé tel quel si vous l’aimez nature. Transféré dans une bouteille en verre, il peut se conserver 72h au frigo. Pensez à secouer la bouteille avant de servir.

 

Les aromatisations

Les laits végétaux peuvent aussi être aromatisés. Cela permet de varier les plaisirs, et aussi de les faire accepter plus facilement à ceux qui n’ont pas trop l’habitude, comme les enfants par exemple ;-). Mais sachez que certains laits sont déjà naturellement sucrés (par exemple le lait d’avoine ou de riz).

Pour cette recette de lait d’amande, j’ai donc ajouté après filtration : 1 cs de sirop d’agave, 1 mini pincée de sel, et quelques gouttes d’extrait de vanille de Madagascar; et j’y ai redonné un petit coup de mixeur plongeant pour que le tout se mélange harmonieusement.

Cela dit, la seule limite est votre imagination…Cacao, café, thé, caroube, cannelle etc…Les options ne manquent pas! Sans compter que le lait végétal peut être le point de départ à de nombreux smoothies en tout genre. Celui à la banane et au lait d’amande, simplissime, est un délice!

 

La consistance

On peut aussi se poser la question de la consistance. Certains laits sont plus ou moins aqueux, selon notamment la teneur en amidon. Ainsi le lait d’épeautre, surtout si vous le pressez au maximum pour en tirer le maximum de jus, peut s’avérer très épais. Le lait d’amande en revanche va avoir tendance à paraître aqueux. Si cela vous gène, il est facile d’y remédier en ajoutant un épaississant; personnellement j’opte pour la gomme de xanthane, un épaississant tout ce qu’il y a plus de naturel, que l’on trouve d’ailleurs facilement certifié bio en magasins spécialisés. Une cuillère à café pour 1 litre de lait suffit amplement. Au delà, on sera plus sur de la crème que du lait!

 

L’okara

Et la question que l’on se pose tous : que fait-on avec la pulpe séchée restante? On la recycle bien sûr! Ce résidu s’appelle l’okara (terme japonais utilisé à l’origine pour le soja), et là encore il permet des usages infinis! Mais ceci sera l’objet d’un autre post 😉

 

Voilà, bon appétit! Et n’hésitez pas à me faire part de vos essais, commentaires, questions ou autres!

 

Spread the love