Inspiré du livre « The non-dairy evolution cookbook » de Skye Mickael Conroy, cette recette de fromage vegan est simplissime et bluffera vos amis par son aspect proche de la fameuse spécialité d’Émilie-Romagne.

Encore plus simple que les précédentes, le parmesan végétal en bloc ne nécessite même pas de phase de trempage des noix de cajou, ce qui lui permettra de présenter cette texture sèche et friable chère à la version originale.

Les ingrédients :

  • 1,5 tasse de noix de cajou (environ 180g)
  • 2 cs d’huile de coco désodorisée (environ 30ml)
  • 1 cs de levure maltée
  • 1 cs de miso blanc
  • 1 cc de vinaigre de cidre
  • 3/4 de cc d’acide lactique
  • 3/4 de cc de sel
  • 1/2 cc d’ail en poudre
  • 1/2 cc d’oignon en poudre

La marche à suivre :

Mixer les noix de cajou (non trempées) dans un mixer ou blender jusqu’à l’obtention de grains grossiers (style crumble…).

Ajouter ensuite tous les autres ingrédients et mixer à nouveau, mais pas trop longtemps afin que la texture soit friable et non pas totalement lisse.  Attention, comme expliqué plus en détails dans la recette de feta végétale, l’huile de coco doit être incorporée à l’état liquide.

Dernière étape : transférer la mixture dans un moule de la forme voulue (ici un moule à tofu), dans lequel on aura préalablement placé un film alimentaire. Refermer le film sur le fromage, tasser, et laisser au frais (8h minimum) afin que le fromage se « fige ».

Au frais, le parmesan végétal se conserve 2 semaines sans problème. Il aura tendance à s’affiner légèrement avec le temps.

Comme son homologue laitier (dont la ressemblance est plus sur l’aspect que sur le goût, soyons clair!), le parmesan végétal peut se déguster tel quel, ou peut être parsemé sur des plats divers et variés en le grattant avec un couteau.

Pour un accompagnement avec un verre de vin, préférez là encore un blanc sec, ou un rouge léger peu tannique.

Bon appétit! Et n’hésitez pas à me faire part de vos essais, commentaires, questions ou autres!

Spread the love